Copyright 2019 Galeria Eldorado. 

EL DORADO  

L´or des principautés

Ce cadre conceptuel est très connu et il témoigne des multiples facettes de la quête de l’or par les Espagnols. El Dorado, le mythe légendaire de la cité d’or, est une histoire vraie dans la culture précolombienne des Muisca, qui a traversé les siècles depuis la période coloniale jusqu’à nos jours :

Une coutume est à l'origine du mythe. Une fois par an, le chef (recouvert d'or en poudre) s’immerge dans l'eau du lac pendant que les villageois lançaient des objets d'or. Cette coutume a été transformée jusqu'à donner naissance au mythe d'Eldorado. Les Espagnols ont fondu tout l’or qu’ils ont pu trouver sur leur passage avant de l’expédier en Espagne.

Grâce aux fouilles archéologiques, on peut admirer des trésors incommensurables qui sont exposés dans des musées tels celui de Bogota, Madrid et Berlin.Les « trésors » des Quimbayas est le plus important avec plus de 100 sépultures. Elles contiennent toutes des pièces d’orfèvrerie en or. Il a fallu attendre 1892, le 400ème anniversaire de la découverte des Amériques, pour que l’on s’intéresse de plus près à ces chef-d’œuvre. Dès lors, d’autres découvertes ont suivi. Les pièces les plus remarquables témoignent du statut social des membres de la société et plus particulièrement après leur mort.

Les Indiens précolombiens n’ont jamais considéré l’or pour sa valeur matérielle. Ils s’en sont servis uniquement pour la création de parure et d’objets cérémoniels. L’or est un aspect important de ces cultures car il possède à la fois une dimension intemporelle et il incarne un concept divin.

Chaque culture précolombienne a ses artisans et ses orfèvres dont le langage iconographique est propre. A travers les contacts commerciaux, les ornements et leur iconographie ont traversé les frontières et se sont répandus notamment pendant les périodes respectives des Mayas, au nord, et des Incas, au sud.